L’histoire du Village se raconte au travers de celle de son église

Certaines parties de l’église actuelle, tel le bénitier en pierre, sont datées du XIVeme siècle. Nous sommes alors au début de la guerre de 100 ans. C’est l’arrivée des Valois au trône de France. Philippe VI, Jean II le Bon, Charles V et Charles VI se succèdent au pouvoir suprême de 1328 à 1422.


          1445 première date que l’on retrouve dans les archives qui mentionnent le nom du curé de l’époque : HARDY Jean. Cette même année naissait à Florence en Italie le peintre Sandro BOTTICELLI et Charles VII le Victorieux régnait sur la France.


          1579 c’est la fête à Poligny pour le baptême de la cloche “Germaine” fabriquée par Monsieur De La PAIX issu d’une famille bien connue de fondeurs du Bassigny en Lorraine. Cette cloche, qui, aujourd’hui, ne résonne que rarement, a pour parrain Scipion de Rogres, Seigneur de Beaumoulin et pour marraines les deux filles de Guillaume de Beaumont, Chevalier du Boulay : Guillemette et Cécile. Cette année là Henry III préside aux destinées du royaume jusqu’en 1589, il sera le dernier de la dynastie des Valois. Aujourd’hui “Germaine” est classée aux Monuments historique.  

                              

          1789 C’est le Père Jacques de DUBLIN qui officiait à Poligny alors que la Révolution française va bouleverser les relations entre l’état et le clergé. Il sera remplacé jusqu’en 1792 par BARIC J.J. Qui prêtera serment comme “Ecclésiastique fonctionnaire publique”


         1917 le Père  METIVET est le dernier curé de Poligny. A compter de 1920 notre paroisse dépendra de Bagneaux sur Loing ou de Nemours.

A quel saint se vouer ?

          Les archives sur le sujet sont assez vagues et l’histoire de notre Saint protecteur est assez mystérieuse alors essayons d’y voir plus clair. L’intérieur de notre église fait référence à plusieurs Saints :


Sainte Agathe :
          Deux chapelles sont dédiées l’une à la Vierge, l’autre à Sainte Agathe. Cette dernière tient une paire de tenailles, symbole de ses souffrances. Sa fête fût longtemps célébrée dans notre paroisse. “ Le 5 février, tous les ans, se chante la Messe de Sainte Agathe. C’est pour préserver, par son intercession, les moissons contre les orages et la grêle.”


Saint Vincent :
          Dans un procès verbal de 1839, le curé de l’époque notait qu’un autel était dédié à Saint Vincent, patron de vigneron. Pourquoi Sainte Agathe a-t-elle remplacée Saint Vincent. Encore un mystère de notre église.


Saint Germain et Saint Firmin :
          De chaque côté du maître-autel, deux statues de bois représentent, à gauche Saint Germain et à droite Saint Firmin évêque d’Amien, décapité dans cette ville et dont la fête est le 25 septembre. Il y a eu longtemps une confusion entre les deux vocables : Saint Germain et Saint Firmin. Cependant il se confirme que la fête patronale de Poligny se fêtait le 25 septembre ou le Dimanche suivant dans le cas ou le 25 ne se trouvait pas un Dimanche. D’autre part trois bannières de procession sont conservées à l’église, elles représentent la Vierge, Sainte Agathe et Saint Firmin ce qui laisse supposer que Saint Firmin est bien le patron de l’église de Poligny. Chacun se fera son idée sur cette déduction.

Autre mystère : Le Retable

Un retable est un ouvrage d’architecture ou de menuiserie sur lequel s’appuie l’autel. Il est orné de personnages sculptés, peints et dorés tirés de la Bible ou des légendes des Saints. Ce fut, pendant la période gothique, la principale décoration de l’autel en particulier au nord des Alpes. L’église de Poligny possède un retable considéré comme un chef-d’oeuvre de la production gâtinaise. En ce qui concerne l’artiste qui aurait pu le réaliser et son commanditaire, aucune preuve ne peut attester de ces deux personnages. Il pourrait s’agir de Bénigne-Joseph du Tousset d’Héricourt seigneur de Poligny (1744 - 1800) pour ce qui est du commanditaire. Un certain Plumot, d’origine flamande, peintre qui officia en Seine et Marne à cette époque et qui utilisait les mêmes techniques que celles mises en oeuvre pour le retable de Poligny, pourrait en être le réalisateur.

Remerciement à :
Mesdames Anne DUTOUR, Nicole PAUPARDIN et Christine GARMY
pour leurs écrits sur l’église de Poligny publiés dans:

le “Bulletin d’Art et d’Histoire de la Vallée du Loing” N°4 année 2001